Panier  

Aucun produit

0,00 € Total

Panier Commander

Lettre d'informations

 

1 600 ans d'histoire...

La Gascogne, terre de convivialité, ne date pas d’aujourd’hui !
Comme en témoigne la mosaïque préservée du temps sur le site de la villa gallo-romaine de Séviac, à Montréal du Gers, le vignoble gascon existait déjà il y a 1 600 ans.

A cette époque, les rivières de l’Adour et de la Baïse représentaient des voies privilégiées pour l’acheminement des vins vers les pays nordiques. La Gascogne, région généreuse et verdoyante nichée aux pieds des Pyrénées et aux portes de l’Atlantique, dédiait déjà presque entièrement ses coteaux et vallons à l’art de la vigne.

Aujourd'hui, près des deux tiers de la surface du vignoble armagnacais (13 000 ha) sont consacrés à la production des Vins des Côtes de Gascogne.

Une terre prédisposée...

Océanique et tempéré, le climat gersois offre un cadre privilégié : juste ce qu’il faut de soleil, de pluie et de fraîcheur pour dorloter les vignes et laisser éclore à maturité optimale, une riche palette aromatique, complexe, séduisante...

Nos vins se nourrissent également de la richesse des sols typiquement gascons. A l’est, le Terrefort : une terre argileuse, plantée sur une roche mère calcaire. A l’ouest, les Sables Fauves et les Boulbènes, faites d’argile et de limons mêlés.

Une diversité d’environnement propice au tempérament et à la plénitude...

Le rouge :

Un Côtes de Gascogne rouge, avec le tannat pour acteur principal, cépage parfaitement gascon, est un vin corpulent mais fin, élégant et rond.Le cépage tannat est souvent associé aux variétés atlantiques de renommée mondiale : le merlot qui vient l’arrondir, le cabernet-sauvignon et le cabernet-franc. Apprenez à le déguster en toute simplicité :
À l’œil :
Violine quand le vin est jeune, leur robe profonde et intense se pare de reflet grenat et rubis au fil du vieillissement.
Au nez :
Le nez est un bouquet complexe. Il se caractérise par des notes de fruits rouges (cerise, fraise), assorties de notes empyreumatiques (toastées, grillées) ou de notes vanillées.
En bouche :
Un Côtes de Gascogne rouge évolue bien en bouche avec une attaque souple et un milieu de bouche sur les arômes de fruits rouges frais ou mûrs. Il se termine sur des tanins bien fondus. Les tanins selon les vinifications et les cuvées s’expriment de différentes manières, tantôt fermes et solides, tantôt poivrés et aimables.
Conseil de dégustation :
Un Côtes de Gascogne rouge peut se boire dès son plus jeune âge, ou se garder trois à cinq ans. L’idéal est de le servir à une température de 18/20°C et de déboucher le vin 1 heure avant si possible
Il accompagne idéalement les mets typiquement gascons (garbure, magrets, gibiers), les grillades en tout genre y compris parfois les poissons grillés comme le thon ou les sardines, et la charcuterie.

Le Blanc sec:

Un Côtes de Gascogne blanc sec est un vin jeune qui réveillera vos papilles par sa fraîcheur et son fruité, par son équilibre harmonieux entre son acidité et sa rondeur. Apprenez à le déguster en toute simplicité :
À l’œil :
De manière générale, un vin blanc sec possède une robe de couleur pâle. Ainsi, un Côtes de Gascogne blanc sec dévoile une belle robe cristalline de couleur jaune pâle parée de reflets verts.
Au nez :
Dès que vous sentirez un Côtes de Gascogne blanc sec, vous comprendrez toute son originalité et sa richesse. Sa puissance aromatiqueest remarquable et d’une complexité toute particulière essentiellement basée sur des séries d’arômes fruités et/ou d’arômes fermentaires (banane, bonbon anglais) pour les cuvées primeurs. Le nez est teinté de notes d’agrumes (citron, pamplemousse) nuancées par des notes de fruits à chair blanche (pêche, abricot) et de fruits exotiques (fruit de la passion, ananas). Ce sont les notes typiques de nos cépages traditionnels : le Colombard et le Gros Manseng.
En bouche :
En bouche, il dévoile, dès l’attaque, toute sa fraîcheur naturelle qui souligne ses caractéristiques fruitées. C’est l’harmonie des arômes, conjuguée à un bel équilibre basé sur l’acidité et la rondeur qui offre une finale très désaltérante.
Conseil de dégustation :
De par sa fraîcheur désaltérante, sa délicatesse et sa vivacité, vous apprécierez tout particulièrement le Côtes de Gascogne blanc sec à l’apéritif. Il se marie parfaitement avec les coquillages, les crustacés et les poissons grillés ou servis en sauce. Il est aussi le compagnon idéal des volailles dont le département du Gers est un éminent producteur : une occasion de proposer un menu au bel accent de terroir...
Afin d’exprimer au mieux toutes les qualités d’un Côtes de Gascogne blanc sec, il est recommandé de le boire dans les 18 mois et de le servir à une température idéale de 8 à 10°C.

Le Rosé :

Un Côtes de Gascogne rosé est un vin bien structuré, fin et fruité, usant des mêmes cépages que ceux attribués aux rouges (Tannat, Merlot, Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon), et qui constitue un heureux compromis entre rouges et blancs. Apprenez à le déguster en toute simplicité :
À l’œil :
De manière générale, un Côtes de Gascogne rosé possède une robe de couleur rose clair avec des nuances violettes au reflet brillant.
Au nez :
Sentez un Côtes de Gascogne rosé et découvrez une palette aromatique riche et variée : des notes acidulées de petits fruits rouges, d’agrumes ou des notes florales fort intéressantes.
En bouche :
La bouche dévoile une attaque plein de fraîcheur et un bel équilibre harmonieux. Elle est bien structurée, surprenante, car dense et charnue. Les arômes dominants restent les fruits rouges type fraise, cerise fraîche parfois nuancés de notes d’agrumes.
Conseil de dégustation :
La cuisine d’influence basque ou espagnole, comme les tapas (pintxos), la piperade, le poulet ou le thon « basquaise », la morue à l’ail, soupes de poisson et autres préparations à base de tomates, oignons, poivrons et piment d’Espelette, s’accommodera sans encombre aux vins rosés vifs, frais et fruités des Côtes de Gascogne. Certains fromages de brebis aussi. Mais les rosés s’associent volontiers aux terrines de poissons, aux saucisses grillées, et aux salades de gésiers confits parfois rehaussées de cerneaux de noix ou de tranches de magrets fumés.
iI est recommandé de le boire dans les 18 mois suivant le millésime et de le servir à une température idéale de 10°C.